Que se passerait-il si tout le monde était végan ?

Quels sont les avantages et les inconvénients d’un mode de vie végan ? Extrapolons à l’échelle de la planète avec cette vidéo de la chaîne Le Monde. A quoi ressemblerait un monde végan ? Merguez de tofu, oeufs à base d’algues, fromage de noix de cajou fermenté, nuggets de protéines de blé,… Les végans ce sont des gens qui ne consomment rien qui soit issu des animaux ou de leur exploitation : pas de viande, de poisson, de produits laitiers ou même de miel. Pas question non plus d’acheter cuir, fourrure, laine, cosmétiques ou médicaments testés sur les animaux. Pour l’instant, cette tendance concerne une petite minorité de la population mais qu’en serait-il si les sept milliards d’habitants de la planète étaient végans ?

Diminution des gaz à effet de serre

Les émissions de gaz à effet de serre diminueraient drastiquement. Dans le monde presque 15% de ces émissions sont dues à l’élevage. C’est plus que tous les avions, voitures, trains et bateaux de la terre réunis. Selon une simulation réalisée par l’université d’Oxford, si toute la population du monde était vegan, les émissions de gaz à effet de serre liées à notre alimentation diminuerait de 70%.

Plus de terres à cultiver

Pour arriver à maturité, les bêtes d’élevage sont nourries avec des végétaux, beaucoup de végétaux. On estime ainsi qu’en moyenne pour produire une calorie de viande, il faut dépenser 7 calories végétales. Si tout le monde était végan, les terres cultivées pour nourrir les animaux pourraient être cultivée pour nourrir directement les humains, elle permettrait donc de nourrir plus d’humains.

Bénéfique pour les pays riches, différent pour les pays pauvres

Si on en croit la simulation réalisée par l’université d’Oxford, un régime végan généralisé permettrait de réduire drastiquement les maladies cardiovasculaires, le diabète et certains cancers. Ainsi, 8 millions de vies pourraient être sauvées chaque année. La plupart dans les pays du nord, où ces maladies sont les plus répandues. Dans les pays pauvres du sud en revanche, quelques deux milliards de personnes souffrent déjà de malnutrition voire de famine. Supprimer les protéines animales les priverait d’une source de nutriments essentiels difficile à remplacer.

Beaucoup d’animaux mourraient

Dans un monde végan, on ne consommerait plus de miel. Donc il n’y aurait plus d’apiculteur or sans apiculteurs, les abeilles mellifères serait directement exposés aux parasites et ne pourrait pas trouver suffisamment de nourriture. Résultat il y aurait beaucoup beaucoup moins d’abeilles. De même dans un monde vegan les vaches, les poules, les cochons seraient livrés à eux-mêmes et pour beaucoup sans l’élevage de l’homme, ils ne survivraient pas. Quoi qu’il en soit, ces espèces ne s’éteindront pas complètement et vivraient probablement en bien plus petit nombre, peut-être même dans des refuges comme qui recueille des animaux.

Quel statut pour les animaux ?

Reste une question: dans un monde où on consomme plus les animaux quel statut leur donner ? C’est précisément la question à laquelle plusieurs philosophes réfléchissent aujourd’hui dans leurs essais. Certains proposent ainsi de donner aux animaux un statut juridique comparable à celui des enfants ou des personnes en situation de handicap. Les poules où les canaris ne serait donc plus considéré comme une propriété mais comme des membres à part entière de la société disposant de droits comme l’accès aux soins médicaux ou la liberté de circuler par exemple.

Après avoir lu tout ça, quel rapport avec le Faux Gras ? Et bien, pourquoi ne pas commencer à réduire notre consommation d’animaux ? Le Faux Gras n’en contient pas, il est bio et respectueux des animaux !

Osons le Faux Gras !

  • 1 boite de 125 grammes de faux gras de Gaia
    Faux gras de Gaia

    1 boite de 125 gr

    4.81
  • 12 boites de 125 grammes de faux gras de Gaia
    Faux gras de Gaia

    12 boites de 125 gr

    51.35